L'histoire du club

La préhistoire : L’amicale Laïque d’Yvetot

Au début des années soixante, le tennis de table était pratiqué à Yvetot dans les locaux qui abritent maintenant La Source et qui avaient servi de lieu de culte à la sortie de la guerre en attendant la construction de la nouvelle église. Le club s’appelait le Patronage Saint Michel. Jean Lenostre qui souhaitait un club sans contraintes religieuses décide de créer une section tennis de table au sein de l’Amicale Laïque. Cette section sera créée le 10 novembre 1960 avec comme président, Bernard Coustham, vice-président Jean Lenostre, secrétaire Jean-Pierre Hébert et trésorier Jean-Claude Bourgeaux. Les pongistes vont alors s’entraîner dans une salle polyvalente appelée la salle aux poteaux et démarreront la compétition en novembre 1961 en troisième division départementale.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La vie du club : Jusqu’en 1990

Pour la saison 1967/1968, le Club Pongiste a donc démarré en Honneur avec une équipe composée de Daniel Deschamps, Gérard Quevillard et Jean-Jacques Dujardin. La saison suivante, Régis Potfer va remplacer Gérard Quevillard et va permettre à l’équipe de terminer seconde de Haute Normandie battue en finale par l’équipe réserve du PSM Yvetot. A noter qu’André Hébert avait remplacé Jean-Jacques Dujardin qui jouait également au football au YAC. L’équipe accède donc à la promotion d’excellence.

La-vie-club-1990.png

Pour la saison 1969/1970 Daniel Triboult remplace Régis Potfer, joueur talentueux, mais au caractère impétueux et difficile à gérer. Il sera plus tard radié à vie.

La-vie-club-3.png

En 1970/1971, les équipes de championnat vont passer de 3 à 6 joueurs avec deux groupes de 3 joueurs qui disputeront également un double , ce qui fait 20 rencontres, les victoires dans le groupe A valent 3 points, les victoires dans le groupe B valent 2 points, ce qui fait 50 points au total. Les appellations des différentes divisions régionales changent également, ce qui fait que la promotion d’excellence prendra le nom de régionale 2. Puis, les points des victoires passeront à 2 et 1 point, ce qui fera 30 points au total. Enfin, il sera décidé de mettre toutes victoires à 1 point à condition de faire jouer les 2 meilleurs classés dans le groupe A et les deux moins bien classés dans le groupe B. Cette façon de compter restera longtemps avant d’être légèrement modifiée en n’imposant plus que le joueur au moins bon classement dans le groupe B. nous jouerons ainsi jusqu’en 2013, année du passage des équipes de 6 à 4 joueurs ! En 1971, la cotisation était de 20 F, et l’indemnité kilométrique était de 0,25 F pour les 27 licenciés du club.

La-vie-club-2.png

Le CPY va rester en R2 jusqu’à la saison 1975/1976, la cotisation passant à 30 F. Lors de la saison 1977/1978, l’équipe va échouer de peu à l’accession en R2, en finissant 2ème, la cotisation est montée à 40 F.

La saison 1978 /1979 va être remarquable, car l’arrivée de plusieurs joueurs du PSM va permettre de renforcer toutes les équipes. En revanche, ce sera difficile pour les anciens « patros » car du fait des mutations nous ne pouvions faire jouer qu’un seul muté dans les équipes. Tous les joueurs joueront le jeu ce qui permettra à l’équipe fanion de remonter en R2 et à l’équipe réserve d’accéder à la R3. Deux équipes en régionale : du jamais vu au CPY. De plus, nous avons intégré la nouvelle salle de la rue de l’Etang avec la possibilité de mettre 7 tables, de quoi accueillir les nouveaux joueurs ! La cotisation passe à 50 F.

La-vie-club-4

Avec la possibilité d’incorporer tous les anciens joueurs du PSM et d’un jeune du CPY, plein de promesse, en 1979/1980 l’équipe fanion va finir première de R2 et accède à la R1, plus haut niveau régional, un niveau jamais atteint par le club. La cotisation passe à 60 F et l’indemnité kilométrique à 0,60 F.

La-vie-club-5

L’équipe va se maintenir jusqu’à la saison 1982/1983, qui va voir l’arrivée au club de Pierre Martot et d’Eric Dente dont le fils viendra une vingtaine d’années plus tard renforcer le CPY. Cette venue au club va permettre au club d’accéder en Nationale 4. L’équipe 2 termine première de sa poule et accède à la R2. La cotisation est passée à 70 F puis à 80 F.

Saison 1983/1984 Les deux équipes vont redescendre à la fin de la saison. Par contre, la cotisation va monter à 100 F, Nationale 4 oblige!

En 1984/1985 Alain Cottard et Nicolas Chanroux vont remplacer Pierre Martot et Jean-Jacques Canville ce qui n’empêchera pas la descente en R2. En revanche on note l’accession d’une équipe féminine en R1 et toujours la montée de la cotisation à 120 F !!!

Les trois saisons suivantes verront l’équipe fanion terminer à la seconde place.

En 1987, le CPY fête ses 20 ans d’existence et en profite pour inviter Vincent Purkart et jacques Secrétin à faire leur show au gymnase du CES.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le 25 janvier 1988, nous organisons pour la première fois les Finales régionales individuelles avec 45 tables réparties dans les gymnases du CES et du LEP, ainsi que dans notre salle spécifique. Le 6 mars, nous organisons également un tour de Nationale 3 et la cotisation va passer à 150 F

En 1988/1989 Après trois deuxièmes places consécutives, l’équipe accède à nouveau à la R1.

La-vie-club-6

En 1989/1990 Malgré une belle 4ème place en R1, l’équipe redescend en R2. La cotisation augmente et passe à 170 F, mais cette fois-ci c’est la faute au déficit d’Europaris !

%d blogueurs aiment cette page :