presse Tennis de table : le club d’Yvetot se porte bien

Le club s’est vu remettre de nouveaux maillots samedi dernier

Capture d’écran 2016-05-09 à 18.01.10

Depuis la saison dernière, le CPY (club pongiste yvetotais) évolue en division prénationale. Un niveau auquel les Cauchois veulent se maintenir, eux qui ont été repêchés une première fois en fin de saison dernière. Dans cette optique du maintien, les joueurs recevaient samedi Pacy-Ménilles, un concurrent direct. « En cas de victoire, le maintien serait assuré », déclarait Martial Foucourt, directeur sportif avant le match.

La victoire était bien au rendez-vous ce jour-là (8-4), propulsant du même coup le CPY à la deuxième place ex æquo du classement, à deux points du leader Ouistreham. Une bonne performance pour un club qui souhaite « se stabiliser en prénationale ».

Resserrer les lignes

Le championnat, regroupant deux poules de 8 équipes se déroule de septembre à décembre. Un nouveau championnat dure de janvier en avril. Il y a donc deux championnats dans une même saison, sans match retour. À trois journées de la fin du championnat, l’équipe yvetotaise se retrouve donc en bonne posture.

Sur une journée de championnat, 14 matches sont joués par 4 joueurs qui rencontrent chacun 3 adversaires. Si la victoire n’est pas décidée au bout de 12 matches individuels, 2 doubles sont organisés. Dans cette catégorie, si une équipe a pris trop d’avance au score, la journée s’arrête. Avec 8 matches gagnés contre 4, Yvetot et Pacy-Ménilles ont donc été dispensés des deux derniers doubles samedi soir.

Martial Foucourt prend les rênes du club aujourd’hui, en remplacement de Christophe Bourdet qui a fait le choix de passer la main dans l’intérêt du « renouveau de l’association ».

Président depuis sept ans, Christophe Bourdet quitte sereinement la présidence : « Le club se porte pour le mieux. Nous sommes à notre meilleur niveau sportif depuis trente ans. À mon arrivée, j’ai profité de la dynamique insufflée par la nouvelle salle Jacques-Secrétin ». Le désormais ex-président s’occupera maintenant du sponsoring et laisse à son successeur un effectif comptant quatre-vingt-quinze adhérents.

Pour Martial Foucourt, la feuille de route est limpide : « Il y a onze équipes dans le club. On fait en sorte que tout le monde progresse. L’équipe de Régionale 3 est renforcée par deux bons joueurs de prénationale car elle vise la montée. On essaie de resserrer les lignes. »

%d blogueurs aiment cette page :